RD Congo: Concertation nationale ou Cohesion nationale ?...

 

Concertation nationale: L’Udps parle d’un piège !
 
(La Prospérité 16/02/2013)    

Elle reste imperturbable. Elle ne veut même plus en entendre parler. L’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) rejette toute offre tendant à l’associer au cadre de concertation nationale qui s’annonce. Le parti d’Etienne Tshisekedi a réaffirmé cette position catégorique, le vendredi 15 février, à l’occasion de son 31ème anniversaire. Pour elle, cette démarche s’inscrirait contre la volonté du peuple qui avait tout tranché à la présidentielle du 28 novembre 2011.

 
La permanence nationale de Zinnias, 10ème rue Limete, de ce grand parti de la République Démocratique du Congo a refusé du monde, pour une solennité aux couleurs historiques. Combattants et cadres se sont réunis pour commémorer le 31ème anniversaire du début de leur combat politique. Ni le soleil de plomb qui arrosait la ville de Kinshasa, ni l’étroitesse de leur permanence, n’ont pu empêcher les membres de la base et de la présidence de prendre part à la matinée politique organisée à cette occasion. Le combat de l’Union pour la démocratie et le progrès social, partant de l’ère de la dictature mobutienne à nos jours, en passant par l’instauration de la démocratie en 1990, l’histoire de ce parti a été relue et réexpliquée.
 
Question de raffermir la volonté de ses membres à persévérer dans la lutte vers la matérialisation de son projet de société axé, entre autres, sur l’économie sociale du marché, l’instauration d’un Etat de droit et la composition d’une armée nationale réellement dissuasive. Et, voilà trois décennies depuis que l’Udps court derrière la conquête du pouvoir, pour donner corps à son ambition. Sans jamais baisser les bras. Les enjeux de l’heure ont été également abordés à l’occasion.
 
Concernant la tenue imminente d’un cadre de concertation nationale, convoquée par le Président de la République, Joseph Kabila, la sœur aînée de l’opposition politique persiste et signe : ‘’il n’est pas question de l’engager dans cette rencontre’’. Bruno Mavungu Puati, Secrétaire Général de ce parti, voit en ceci un piège tendu contre la conviction actuelle de l’Udps. Elle qui réclame haut et fort ‘’la vérité des urnes’’ qui placerait Etienne Tshisekedi à la tête du pays.
 
A la limite, dit-il, tout celui qui parlerait d’un dialogue serait considéré d’ « ennemi ». « Nous n’avons pas besoin de dialoguer sur ce que le peuple congolais a mis dans nos mains », a-t-il déclaré. En clair, l’Udps pense que ce cadre de concertation tend à discuter du partage du pouvoir. Aussi, ne reconnaît-elle pas la légitimité de ceux qui l’ont convoqué. Y participer « serait une trahison envers le peuple congolais », poursuit-il. Dans son discours sur l’état de la nation, prononcé le 6 décembre 2012, devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, Joseph Kabila avait soutenu que la tenue d’un cadre concertation avait pour ambition de rechercher la cohésion nationale, en vue de faire face à la guerre dont est victime le pays dans sa partie Est.

Un tel cadre appelle à la participation de toutes les forces vives de la nation. Or, la cacophonie demeure encore au sein de la classe politique quant à la vraie nature de ce forum. D’aucuns ne sont pas loin de souhaiter un dialogue national, type Sun City. Le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a déjà entamé des consultations des acteurs sociopolitiques. Si quelques éléments de l’opposition politique répondent à l’appel, d’autres posent encore des préalables, avant de s’y inscrire. L’Udps et l’UNC restent catégorique dans le rejet total de cette rencontre.

Socrate Nsimba

COMMENTAIRE

Nous sommes tentes d'emboiter le pas a l'UDPS dont nous ne sommes pas membres car si Kabila a parle d'abord de la cohesion nationale ce qu'il a fait un constat inherent au probleme dans le chef de la gouvernance du pays, parce qu'il avait aussi peut-etre pris longuement reflechi a la question et pris conscience qu'il faudra rassembler tout le monde pour qu'il puisse accomplir avec coherence son mandat issu des elections frauduleuses reconnues par tous et qui ont entraine des conflits internes majeurs pour asseoir son pouvoir.

Il est donc evident que quand il manque la cohesion il ne faudra pas chercher a diviser davantage avec la concertation qui paraitrait etre comme une provocation car elle ne peut etre vaforable que pour la majorite au pouvoir et creer davantage d'autres conflits internes dont le pays n'a vraiment pas besoin au regard des rebellions qui poussent de tout cote.

En tant que Chef de l'Etat en charge de la gestion de l'Etat, Kabila ne devrait-il pas s'humilier et approcher son concitoyen Tshisekedi d'abord ensuite reunir l'opposition politique pour analyser ensemble la situation qui prevaut dans le pays et ainsi ensemble trouver des voies et moyens de sortir des conflits politiques qui ne profitent qu'aux politiciens, cependant le pays et le peuple vivent dans la precarite totale de tous genres sans espoir d'une issue proche et visible. 

Nous y reviendrons ...

OLADAF

 


Christian masuku dandu 12/08/2013

Quand nous avions demandé aux politiciens de lutter contre des élections du type traditionnelle pour eviter la catastrophe ,tout le monde a fait le sourd d´oreille.alors aujourd´hui il est pas question de tergiverser ,nous devons tous nous rencontrer.Nous compagnons de la révolution volution pacifique vous demandons de taire avec des debats qui ne vont nou amrner à rien,et que le staff technique lance deja le programme nous n´avons pas le temps à perdre car le taux des tourments est grandemenr élévé,nous devons vite secourir ces humains déclaration du commandant des compagnons de la révolution pacifique en refuge politique en Angola

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog